Connectez-vous S'inscrire
AGENCE CENTRAFRICAINE DE PRESSE- République Centrafricaine, Bangui
Inscription à la newsletter
AGENCE CENTRAFRICAINE DE PRESSE
 
     

Gervais Bodangaye répercute la reconnaissance de la culpabilité de Jean-Pierre Bemba après l’intervention de ses hommes en RCA par la CPI

Bangui, le 24 mars (ACAP) - Le chargé de Communication à l’antenne de la Cour Pénale Internationale (CPI) en République Centrafricaine (RCA), Gervais Bodangaye, a annoncé, une fois de plus, la culpabilité de Jean-Pierre Bemba à la suite de l’intervention de ses hommes, les Banyamulengue, en RCA, lors d’une conférence de presse, mercredi, 23 mars 2016, à Bangui.



L’objectif de cette conférence de presse est de répercuter la décision de la Cour Pénale Internationale dans l’affaire contre Jean-Pierre Bemba.
 
Gervais Bodangaye a rappelé que « trois juges de la CPI ont déclaré M. Bemba coupable au-delà de tout doute raisonnable sur la base des éléments de preuve présentés et discutés devant la chambre lors du procès », surtout que Bemba était chef militaire de la rébellion du Mouvement de Libération du Congo (MLC) dont les éléments répondaient à ses ordres.
 
« La chambre a admis un total de 733 éléments de preuve, représentant 5.724 et a entendu 76 témoins cités par les parties et participants et un part la chambre elle-même ».
 
Bemba a été reconnu coupable parce qu’il « n’a pas pris toutes les mesures nécessaires pour empêcher ou réprimer l’exécution de crimes, viols et pillages commis par les rebelles du MLC en République Centrafricaine entre 2002 et 2003.
 
Autrement dit, a justifié Gervais Bodangaye, « Jean-Pierre Bemba n’a pas exercé le contrôle qui convenait sur ses subordonnés ».
 
Il faut rappeler que Jean-Pierre Bemba, né à Bokada dans la Province d’Equateur en République Démocratique du Congo, était le Président du Mouvement de Libération du Congo, dont les 1500 hommes étaient venus à la rescousse du pouvoir de Ange-Félix Patassé, inquiété par la rébellion de François Bozizé.
 
A cette occasion, les rebelles du MLC, ayant agi à Bangui, au PK 12, au PK22, à Bozoum, à Damara, à Sibut, à Dékoa, à Kaga-Bandoro, à Boali, à Bossangoa, à Bossembélé, à Yaloké et à Mongoumba, ont commis de nombreux actes de pillages, de viols, de meurtre, à l’encontre des civils.
 
Ce sont ces actes qui ont suscité l’arrestation de Jean-Pierre Bemba Gombo le 24 ai 2008 en Belgique, en vertu d’un mandat d’arrêt délivré par la Cour Pénale Internationale.
 
La sanction correspondant à l’ampleur des actes commis par les hommes Bemba tomberont dans les prochains jours. S’il en sera le cas, Jean-Pierre Bemba Gombo sera transféré dans un pays tiers pour y purger sa peine.
 
Alain-Patrick MAMADOU / ACAP 

Jeudi 24 Mars 2016
Alain-Patrick MAMADOU / ACAP

DOSSIERS


Galerie
VIDEOS
POLITIQUE
Acap Rédaction | 26/12/2019 | 770 vues
00000  (0 vote)
1 sur 17
Galerie

Les nouvelles officielles sur la République Centrafricaine

Partagez-nous sur