Connectez-vous S'inscrire
AGENCE CENTRAFRICAINE DE PRESSE- République Centrafricaine, Bangui
     

Visite de Brigitte Touadéra et de Michel Sidibé au Complexe pédiatrique de Bangui

Bangui, 11 oct. (ACAP) – La Présidente de la Fondation le Cri de Cœur d’une Mère, Brigitte Touadéra, et le Directeur exécutif de l’ONUSIDA, Michel Sidibé, ont visité, mercredi 10 octobre 2018 à Bangui, le pavillon de traitement du VIH du Complexe pédiatrique de Bangui, en présence du ministre de la Santé et de la Population, Pierre Somsé.



Le but de cette visite est de permettre à Michel Sidibé de découvrir les réalités du complexe Pédiatrique de Bangui afin de faire un bon plaidoyer en faveur des enfants vivant avec le VIH/Sida en République Centrafricaine.
 
Le Directeur exécutif de l’ONUSIDA a expliqué que « Ces enfants vulnérables nous interpellent aujourd’hui pour changer complètement notre système de santé, de faire en sorte que les médicaments soient disponibles pour tous et que cette couverture universelle à la santé ne soit pas seulement des vains mots ».
 
« Ces enfants nous interpellent également sur la lutte contre la discrimination et la stigmatisation », a encore ajouté Michel Sidibé.
 
le Directeur exécutif de l’ONUSIDA a indiqué que sa visite au Complexe pédiatrique de Bangui a été riche en enseignements et il a noté qu’il a l’espoir qu’un jour ses pépinières vont aider à la reconstruction de la République Centrafricaine.
 
Selon lui, la santé, les forces de défense et de sécurité sont importantes, mais si « nous ne pouvons pas donner de l’eau, l’espoir, si nous ne pouvons pas donner les services sociaux de base (Santé éducation), bien sûr qu’on n’ira pas vers la paix », a-t-il souligné.
 
Mme Brigitte Touadéra a réaffirmé pour sa part son engagement à accompagner ces enfants, et a souligné que le gouvernement et sa Fondation « Cri de Cœur d’une Mère (CCM) ont pris acte des plaidoyers et des doléances formulés par ces enfants.
 
Selon elle, le gouvernement et son ONG vont faire des efforts pour que les difficultés liées à la discrimination, à la stigmatisation et à l’accès au traitement des enfants de province, qui sont éloignés des formations sanitaires, soient prises en compte.
 
Il convient de noter qu’en République Centrafricaine trois mille enfants vivant avec le VIH sont sous traitement des ARV et quatre mille enfants de province en sont privés.

Jeudi 11 Octobre 2018
François Biongo / ACAP

POLITIQUE | ECONOMIE | SOCIAL | DOSSIERS | CULTURE | SPORTS | ENVIRONNEMENT | VIH/SIDA | EDUCATION | DEVELOPPEMENT RURAL | SOCIETE | RELIGION | INTERNATIONAL | AFRIQUE | HUMEUR | GRANDE INTERVIEW | HUMANITAIRE | DROITS DE L'HOMME


Service Photos
Inscription à la newsletter
VIDEOS
POLITIQUE
| 30/01/2015 | 1276 vues
11111  (4 votes)
1 sur 3

Les nouvelles officielles sur la République Centrafricaine

Partagez-nous sur