Connectez-vous S'inscrire
AGENCE CENTRAFRICAINE DE PRESSE- République Centrafricaine, Bangui
Inscription à la newsletter
AGENCE CENTRAFRICAINE DE PRESSE
     

La situation sécuritaire de l’Ouham est calme d'après le préfet Marcel Guela

Bangui, 28 août (ACAP)- La situation sécuritaire dans la préfecture de l’Ouham est calme, a déclaré le Préfet de l’Ouham, Marcel Guela, lors d’une visioconférence animée mercredi 28 août à Bangui par le porte-parole de la MINUSCA, Vladimir Monteiro.



Le porte-parole de la MINUSCA, Vladimir Monteiro (archives ACAP)
Le porte-parole de la MINUSCA, Vladimir Monteiro (archives ACAP)
Le Préfet Marcel Guela a indiqué que la situation sécuritaire est calme à Bossangoa (305 km au nord de Bangui), tandis qu’il y a des cas de banditisme à Batangafo, Markounda et Kabo.
 
S’agissant de la persistance de l’insécurité dans les zones minières, il a relevé que le nombre insuffisant des éléments des forces de défense et de sécurité ne permet pas d'y faire régner l’ordre.
 
Il a aussi évoqué le fait que la force de la MINUSCA, voire le personnel civil de la mission onusienne n’a pas accès à ces zones, même pour le rétablissement de la sécurité.

Le chef de bureau de la MINUSCA de Bossangoa, Alain Sitchet, a de son coté reconnu que grâce aux patrouilles régulières des forces, de multiples accords locaux de paix et la sensibilisation de la population sur le bien-fondé de l’accord politique de paix et de réconciliation, la situation sécuritaire dans cette partie de la RCA est calme.

 
Il a également noté que la MINUSCA et les autorités locales de l’Ouham ont formellement interdit à un groupe armé non reconnu par le gouvernement de s’installer dans la ville de Kabo.

Le porte-parole de la MINUSCA, M. Vladimir Monteiro, a quant à lui salué la promulgation par le Président Faustin-Archange Touadéra du code électoral qui, selon lui, constitue un pas important dans les préparatifs des élections inclusives et apaisées.
 
Sur les abus et violations des droits de l’homme, il a souligné que la division Droits de l’Homme de la MINUSCA a dénombré 28 cas ayant affecté 53 victimes.
 
Interrogé sur la démission du conseiller militaire, Alkatim Ahamat Mahamat, M. Monteiro a fait savoir que ce qui est important c’est que le groupe armé Mouvement patriotique pour la Centrafrique (MPC) reste encore dans l’accord politique pour la paix et la réconciliation du 6 février 2019.
 
« Pour preuve, leurs délégués ont pris part à Bangui du 23 au 24 août dernier à la réunion d’évaluation dudit accord de paix », a-t-il poursuivi.
 

 

Mercredi 28 Août 2019
Ev/ACAP

POLITIQUE | ECONOMIE | SOCIAL | CULTURE | SPORTS | ENVIRONNEMENT | VIH/SIDA | EDUCATION | DEVELOPPEMENT | SOCIETE | RELIGION | INTERNATIONAL | AFRIQUE | HUMEUR | GRANDE INTERVIEW | HUMANITAIRE | DROITS DE L'HOMME | MEDIAS | SECURITE


Galerie
VIDEOS
SOCIETE
Redaction Acap | 29/11/2019 | 376 vues
00000  (0 vote)
1 sur 12

Les nouvelles officielles sur la République Centrafricaine

Partagez-nous sur