Connectez-vous S'inscrire
AGENCE CENTRAFRICAINE DE PRESSE- République Centrafricaine, Bangui
Inscription à la newsletter
AGENCE CENTRAFRICAINE DE PRESSE
     

La Cour criminelle condamne Alphonse Mapouka, à huit ans d’emprisonnement ferme

Bangui, 14 oct. (ACA) –L’audience de la cour criminelle présidée par le magistrat Pamphile Oradimo, a condamné Alphonse Mapouka, accusé de viole sur une fille de 11ans, à huit ans d’emprisonnement ferme, et lui demande de verser une amende de deux millions de F.CFA à titre de dommage intérêt, lundi 14 octobre 2019 à Bangui,



Selon le Procureur général, Nicaise Foukpio, les actes de  violences basées sur le genre (VBG) sont devenues monnaie courante en République Centrafricaine. Le procès  de M. Mapouka, âgé de 53 ans, qui a perpétré cet acte sur une petite fille scolarisée de 11ans démontrent à suffisance cette assertion. 

Le procureur général a proposé une peine de 15 ans de travaux forcés contre l'accusé et une amende de 10 millions de francs CFA.
 
Par contre, maître Mathias Morouba qui assure la défense de l'accusé a plaidé pour l'acquittement de son client au bénéfice  du doute, car a- t- il dit, "le dossier de son client est vide de sens et  qu'il y’ a absence de preuves matérielles sur l’accusation".
 
L’avocat de la partie civile, maître Maléngapou à quant à elle fait savoir que l’acte posé par l’accusé  Alphonse Mapouka est strictement puni par l’article 87 du code pénal de la République Centrafricaine et qu'il mérite la peine prononcée par la cour criminelle.

Il est à noter que les faits se sont déroulés le 13 mai 2016 au quartier Ngaragba dans le 7ème arrondissement de Bangui.

 

Mardi 15 Octobre 2019
Jonas Bissanguim / ACAP

POLITIQUE | ECONOMIE | SOCIAL | CULTURE | SPORTS | ENVIRONNEMENT | VIH/SIDA | EDUCATION | DEVELOPPEMENT | SOCIETE | RELIGION | INTERNATIONAL | AFRIQUE | HUMEUR | GRANDE INTERVIEW | HUMANITAIRE | DROITS DE L'HOMME | MEDIAS | SECURITE


Galerie
VIDEOS
POLITIQUE
Acap Rédaction | 06/11/2019 | 599 vues
00000  (0 vote)
1 sur 10

Les nouvelles officielles sur la République Centrafricaine

Partagez-nous sur