Connectez-vous S'inscrire
AGENCE CENTRAFRICAINE DE PRESSE- République Centrafricaine, Bangui
Inscription à la newsletter
AGENCE CENTRAFRICAINE DE PRESSE
     

Trois permis miniers de la société Aurafrique annulés par décret présidentiel

Bangui, 12 juil. (ACAP) - Le président de la République Faustin Archange Touadéra a rapporté jeudi 11 juillet 2019 les décrets portant attribution de permis de recherche et d'exploitation aurifères à la société Aurafrique S.A.R.L. sur les sites de Passendro (60 km au nord de Bambari) et de Ndassima (45 km au nord-ouest de Bambari), a annoncé, vendredi 11 juillet, le porte-parole de la présidence de la République, Albert Yaloké Mokpème.



Une pancarte indiquant les activités d'Aurafrique à Ndassima (Archives)
Une pancarte indiquant les activités d'Aurafrique à Ndassima (Archives)
Si les deux premiers permis annulés ne concernent que la société Aurafrique S.A.R.L., filiale de la société canadienne Axmin, le troisième, lui, vise la succursale de la société Aurafrique S.A.R.L. qui est Somio Toungou S.A.
 
Officiellement, il est reproché à la société Aurafrique S.A.R.L. le non-respect des dispositions du Code minier centrafricain ; des clauses de la convention minière signée en 2006 et de son avenant, obligeant l'Etat à décider du retour au domaine public des secteurs incriminés, dont les permis ont été, ipso-facto, annulés.
 
Mais de sources recoupées, il ressort que les premiers permis d'exploitation aurifère ont été délivrés au mois de mars 2004 pour des activités d'exploration. Mais en 2011, les recherches sur les sites de Passendro ont été annoncées fructueuses, ce qui a permis au gouvernement d'octroyer à Aurafrique S.A.R.L. un permis d'exploitation en août 2010.
 
Entre 2010 et 2013, des violences armées ont handicapé la société Aurafrique S.A.R.L., dont la base-vie a été entièrement détruite, entraînant une suspension des activités.
 
Seulement, jusqu'au 21 mars 2019, la société Aurafrique S.A.R.L. a bénéficié de plusieurs suspensions de reprise des travaux, qui ont fait perdre au fisc centrafricain la somme de 184,4 milliards francs CFA.
 
Il est ajouté à cela le fait que la société Aurafrique S.A.R.L. ait autorisé deux sociétés que sont Dixon Ressources et Changin à mettre en valeur, dans l'illégalité, les sites querellés, conduisant alors le ministre des Mines et de la Géologie, M. Léopold Mboli Fatran, à proposer en conseil des ministres le retrait des permis concédés aux sociétés Aurafrique S.A.R.L. et Somio Toungou S.A. et à leur mise en compétition, à travers un avis d'appel d'offres international, dont la finalité est l'exploitation industrielle des domaines. 

Vendredi 12 Juillet 2019
Alain-Patrick Mamadou / ACAP

POLITIQUE | ECONOMIE | SOCIAL | CULTURE | SPORTS | ENVIRONNEMENT | VIH/SIDA | EDUCATION | DEVELOPPEMENT | SOCIETE | RELIGION | INTERNATIONAL | AFRIQUE | HUMEUR | GRANDE INTERVIEW | HUMANITAIRE | DROITS DE L'HOMME | MEDIAS | SECURITE


Galerie
Lancement officiel des émissions de Radio Centrafrique en modulation de fréquence 16 janvier 2019
VIDEOS
POLITIQUE
| 30/01/2015 | 1767 vues
11111  (4 votes)
1 sur 3

Les nouvelles officielles sur la République Centrafricaine

Partagez-nous sur