Connectez-vous S'inscrire
AGENCE CENTRAFRICAINE DE PRESSE- République Centrafricaine, Bangui
Inscription à la newsletter
AGENCE CENTRAFRICAINE DE PRESSE
     

Les enfants centrafricains victimes de graves violations de leurs droits dans les zones de conflits

BANGUI, 19 mai (ACAP) – Selon le rapport publiée mercredi 18 mai 2011 a Bangui par Watclist, un réseau d’ONG humanitaires basé à News York aux Etats Unis et l’Observatoire des situations de déplacement interne (IDMC) intitulé « un avenir incertain ? Enfants et conflits armés en République Centrafricaine », les enfants centrafricains sont fortement victimes de violation de leurs droits fondamentaux dans les zones de conflit.



Le rapport indique que quatre des six abus graves faisant l’objet d’une surveillance des Nations Unies, à savoir, l’enlèvement d’enfants, le recrutement ou l’emploi d’enfants soldats, les attaques contre des écoles et le refus d’autoriser l’accès des organisations humanitaires aux enfants, sont constatés en République Centrafricaine, selon un rapport humanitaire.

« En Centrafrique, les enfants sont confrontés à des abus graves de leurs droits humains » à cause des groupes rebelles, principalement la rébellion ougandaise, l’armée de résistance du seigneur (LRA) de Joseph Kony qui sévit dans le sud-est du pays, en enlevant des enfants, la rébellion Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP) de Charles Massi qui recruterait encore des enfants et des groupes d’autodéfense formés par la population pour se défendre des exactions des rebelles.

« Lorsqu’ils sont retenus en captivité par la LRA les garçons sont entrainés à l’emploi des armes avec lesquelles ils sont forcés de commettre des atrocités comme le pillage et l’incendie de villages, l’assassinat de villageois et l’enlèvement d’autres », constatent les auteurs dans ce rapport aux sujet des enfants de d’Obo (Sud-est de la RCA). Quant aux filles, elles sont soumises à des viols que le rapport qualifie d’« esclavage sexuel des commandants ».

Enfin le rapport a formule des recommandations a l’endroit du gouvernement centrafricain, des groupes armés ainsi que la communauté internationale pour sauver l’enfant centrafricain.

Selon le rapport, le gouvernement doit renforcer les capacités de l’armée en effectif et en formation sur les droits humains dans les zones affectés par les conflits et de mettre fin au système d’autodéfense et négocier un accord de paix avec la CPJP.

La CPJP pour sa part doit libérer tous les enfants de moins de 18 ans actuellement dans ses rangs et d’arrêter à tout nouveau recrutement d’enfants soldats. Alors que l’APRD cesser d’occuper les établissements scolaires qu’elle occupe depuis des années.

De même, il est recommandée a la communauté internationale, de renforcer la dimension protection de l’enfance au sein de son bureau en Centrafrique (BINUCA).


Jeudi 19 Mai 2011
J.Soupou/ACAP

POLITIQUE | ECONOMIE | SOCIAL | DOSSIERS | CULTURE | SPORTS | ENVIRONNEMENT | VIH/SIDA | EDUCATION | DEVELOPPEMENT RURAL | SOCIETE | RELIGION | INTERNATIONAL | AFRIQUE | HUMEUR | GRANDE INTERVIEW | HUMANITAIRE | DROITS DE L'HOMME


Galerie
23723238-25885167
VIDEOS
POLITIQUE
| 30/01/2015 | 1330 vues
11111  (4 votes)
1 sur 3

Les nouvelles officielles sur la République Centrafricaine

Partagez-nous sur