Connectez-vous S'inscrire
AGENCE CENTRAFRIQUE DE PRESSE "AGENCE DE L'UNITE NATIONALE"- République Centrafricaine, Bangui
Inscription à la newsletter
acapnews@gmail.com
Plus d'informations sur cette page : http://https://www.acap.cf/
AGENCE CENTRAFRICAINE DE PRESSE
 
     

La maladie du MONKEYPOX déclarée aux frontières de la RCA

Bangui, 23 mai (ACAP)- Le professeur Emmanuel Nakoumé, directeur scientifique et directeur adjoint par intérim de l’Institut pasteur de Bangui, a animé une conférence de presse lundi 23 mai 2022, pour faire le point sur la maladie du MONKEYPOX qui se repend actuellement en occident, en Amérique et jusqu’ici en Afrique.



L’objectif de cette conférence de presse est d’informer l’opinion publique centrafricaine sur les préventions et les symptômes de la maladie du MONKEYPOX, afin de prendre des dispositions, car cette maladie a été dans un récent passé touché déjà la République Centrafricaine.

Selon le professeur Emmanuel Nakoumé, cette maladie n’est pas une nouveauté, car elle touche en ce moment les pays frontaliers de la République et avait déjà touchée la République Centrafricaine.

Il a déclaré que c’est à la demande du ministre de la Santé, que l’Institut Pasteur a fait le point sur la situation du MONKEYPOX qui commence à s’accroitre et prendre de l’ampleur à travers le monde, afin que la population puisse prendre des dispositions.

«Déjà, il faut savoir que c’est une maladie qui se transmit de l’animal à l’homme ; une maladie zoonotique, qui ressemble à la variole avec des boutons qui recouvrent tout le corps. Elle diffère de la variole qu’avec des boutons qui surviennent même dans les pommes des mains et dans les plantes des pieds », a déclaré le docteur Nakoumé.

Il confirme que les personnes atteintes de cette maladie développent aussi des ganglions.
Selon lui, d’après les études menées par l’Institut Pasteur de la République Centrafricaine, le taux de mortalité est de 10 % sur 100 personnes qui font la maladie. Raison pour laquelle il faut développer le système de surveillance pour permettre de détecter très tôt les cas, afin de les prendre en charge.

« Les dispositifs nécessaires pour la prévention de cette maladie aujourd’hui doit d’abord passer par la connaissance de la pathologie, car il est important de savoir que  cette maladie existe depuis 1980, mais a été éradiquée grâce à la vaccination appropriée qui n’est plus fabriquée », a-t-il confirmé.

Il a réitéré que les animaux réservoirs de cette maladie sont les singes et les rongeurs. C’est pourquoi il est demandé aux personnes surtout à celles qui vivent dans des zones éloignées de faire attention avec les animaux qu’ils tuent ou capturent, des animaux dont le corps est recouvert de boutons.

Pour finir, le directeur adjoint par intérim de l’Institut pasteur  a indiqué que les zones les plus vulnérables en République Centrafricaine se trouvent dans la Lobaye et le Mbomou.

Notons que la République Centrafricaine est le seul pays qui a testé le cas de la maladie de MONKEYPOX et qui détient des données fiables.
 

Lundi 23 Mai 2022
Karl Ngrebada/ACAP

POLITIQUE | ECONOMIE | SOCIAL | CULTURE | SPORTS | ENVIRONNEMENT | VIH/SIDA | EDUCATION | DEVELOPPEMENT | SOCIETE | RELIGION | INTERNATIONAL | AFRIQUE | HUMEUR | GRANDE INTERVIEW | HUMANITAIRE | DROITS DE L'HOMME | MEDIAS | SECURITE


Galerie
VIDEOS
POLITIQUE
Acap Rédaction | 07/06/2022 | 3578 vues
00000  (0 vote)
1 sur 36