Connectez-vous S'inscrire
AGENCE CENTRAFRICAINE DE PRESSE- République Centrafricaine, Bangui
Inscription à la newsletter
AGENCE CENTRAFRICAINE DE PRESSE
     

L’ancien Premier-ministre Mahamat Khamoun annonce la création d'un mouvement dénommé «Bêafrika ti é kwè »

Bangui, 6 juin (ACAP)- L’ancien Premier-ministre Mahamat Khamoun (2015-2016) a officiellement lancé, jeudi 6 juin 2019 à Bangui, un nouveau mouvement politique dénommé «Bêafrika ti é kwe » (en français, notre Centrafrique à tous), en présence de plusieurs leaders politiques et du directeur de cabinet du ministère de l'Administration du Territoire, David Gbéti.



Photo de famille
Photo de famille
Le président du mouvement «Bêafrika ti é kwè », Mahamat Khamoun, a expliqué que ledit mouvement est une Plate-forme d’action citoyenne dont le but est de "conquérir et de gérer le pouvoir, dans l’intérêt supérieur de la Nation et de chaque citoyen".
 
Il a justifié la création de ce nouveau mouvement par la période d’instabilité politique que la République centrafricaine a traversé pendant ces 30 dernières années, notamment la dernière qui a mis à mal la cohésion sociale et le vivre-ensemble.
 
C'est sur la base de cette conviction cardinale qu’il a décidé de créer le mouvement politique de masse, ouverte à toutes les sollicitations, a-t-il expliqué.
 
« Le Mouvement « Bêafrika Ti é Kwè » reste ouvert à tous les talents, à toutes les bonnes volontés, fatiguées des crises à répétition et décidées, véritablement, à changer le cours de l’histoire de notre pays, pour en faire un pays réconcilié avec ses valeurs, un pays stable, sécurisé et prospère », a souligné M. Khamoun.  
 
« Ensemble, redressons notre pays ; oui, nous pouvons changer les choses ! », a-t-il lancé, estimant que la République centrafricaine doit, enfin, sortir de la servitude et de la misère si tous ses enfants se lèvent comme un seul homme et disent non à la division, à la haine et aux intérêts égoïstes.  
 
Pour sa part, le directeur de cabinet du ministère de l’Administration du Territoire, David Gbéti, a indiqué que "le département a constaté un problème de leadership au niveau des partis politiques et que cela est dû à une absence de démocratie et de marketing politique".
 
"A l’intérieur des partis politiques, il n’y a pas de démocratie, la République centrafricaine demeurera dans la voie de l’inertie"  .
 
La création de « Bêafrika Ti é Kwè » vient élargir le cercle des formations politiques centrafricaines forte de plus d'une centaine de partis et susceptible de s'agrandir avec la dissolution attendue des groupes armés signataires de l'accord politique pour la paix et la réconciliation du 6 février 2019.

Signé par le gouvernement avec 14 groupes armés sous l'égide de l'Union africaine et de l'Onu, l'accord du 6 février 2019 invite les groupes armés à "faire valoir toute revendication par des voies pacifiques, y compris, le cas échéant, en créant des organisations politiques".


 

Jeudi 6 Juin 2019
Chastelle Lémet Yayougoumé/ACAP

POLITIQUE | ECONOMIE | SOCIAL | CULTURE | SPORTS | ENVIRONNEMENT | VIH/SIDA | EDUCATION | DEVELOPPEMENT | SOCIETE | RELIGION | INTERNATIONAL | AFRIQUE | HUMEUR | GRANDE INTERVIEW | HUMANITAIRE | DROITS DE L'HOMME | MEDIAS | SECURITE


Galerie
Défilé du personnel féminin de l'armée de terre
Défilé des chars  de la Garde Presidentielle
Le feu de brousse
Les déplacés du site de la minusca situé au  pk 8 de BAMBARI  sont en fuite
VIDEOS
POLITIQUE
| 30/01/2015 | 1724 vues
11111  (4 votes)
1 sur 3

Les nouvelles officielles sur la République Centrafricaine

Partagez-nous sur